Manuels de référence en dramaturgie pour un bon scénario de roman

Avant de commencer cet article, je commence par une petite chose qui m’a fait chaud au cœur et que j’avais ratée à l’époque : une chronique de Yozone sur le Galaxies n°18 avec un commentaire sympathique du chroniqueur sur ma nouvelle en particulier… Toucher au moins un lecteur, ça fait partie des petites choses qui donnent du cœur à l’ouvrage pour continuer !

Mais revenons au sujet de cet article : les manuels…

Avant tout, lorsque l’on parle de manuels de référence, on a tendance à faire des bonds sur sa chaise. C’était mon cas. Cependant, pour les raisons que j’ai citées dans l’article précédent (« Une bonne raison pour écrire« ), je suis parvenu à identifier de manière précise mon problème. Deux chemins s’offraient à moi : trouver mes propres solutions (comme je le fais souvent), ou gagner du temps et m’employer à décortiquer les manuels (ce que j’ai fait cette fois-ci).

Cet article ne traitera pas de l’ensemble des manuels de référence que l’on peut trouver sur l’écriture, mais seulement de ceux qui sont en ma possession. Trois manuels donc, choisis pour résoudre mon problème en matière d’unité de l’intrigue.

51q-fGLPIdL

Notez qu’avant de me jeter tête baissée dans la jungle d’Amazon, j’ai fait mes petites recherches, avec, dans la tête des souvenirs de « La Dramaturgie » de Lavandier, dont j’avais déjà lu quelques extraits (et dont je possède, désormais, un exemplaire). J’ai immédiatement recherché son opposé, ou au moins identifié comme tel. J’ai vu des mots aigres d’Yves Lavandier à l’encontre de John Truby, et j’ai vu John Truby remettre en question la structure en trois actes. J’avais trouvé mes deux « victimes » !

Leurs ouvrages respectifs, « L’anatomie du scénario » de John Truby, et « Construire un récit » et « La Dramaturgie » d’Yves Lavandier, s’opposent sous bien des aspects. Ils mettent cependant en lumière quelque chose de semblable que j’avais également conçu au sein d’un autre domaine, sans jamais l’appliquer.

En effet, dans les Mémoires, je présentais une intelligence artificielle comme une IA « auto-créée ». La thèse sous-jacente, c’est qu’au même titre qu’une cellule fécondée grandit jusqu’à devenir un être humain constitué, l’IA ne peut se construire avec une conscience et une âme qu’à condition qu’on ne la maîtrise pas, qu’elle se développe à partir d’un noyau, seule face à l’environnement. Je trouvais l’idée poétique, et le personnage doté de la dite IA l’était.

Couv D 031

Cette idée, c’est celle que ces deux script-doctors conseillent d’appliquer pour établir une intrigue « organique ».

Chaque élément, du personnage et ses faiblesses et motivations, jusqu’à l’intrigue, le concept, le débat moral, en passant par l’arène et la structure du récit est lié.

Et pour lier ces éléments de manière correcte, il faut établir une phrase tantôt nommée prémisse ou pitch, qui contient l’ensemble de ces données en germe. Et au sein de cette unique phrase, chacune de ces données doivent se répondre pour ajouter de la tension à l’intrigue.

Ca paraît tout bête, mais ce travail est colossal. Tout du moins, est-ce mon sentiment en me retrouvant face à lui. Car s’il s’agit de « construire », il faut, tout autant « créer ». On se retrouve sur le fil.

Tout intellectualiser ou tout lâcher ? Les deux, sans aucun doute.

Il faut adhérer à son projet, être inspiré par son concept, ses personnages, son sujet, etc… mais également les ordonner avec une grande maîtrise (que je n’ai toujours pas aujourd’hui, lire un livre ne suffit pas ! Mais je l’aurai demain, sans aucun doute.)

Avec ces nouvelles armes en main, je ne sais pas jusqu’où je vais pouvoir aller, mais je suis bien parti pour faire redémarrer la machine !

Advertisements

6 réponses à “Manuels de référence en dramaturgie pour un bon scénario de roman

  1. Pingback: Trouver l’idée de départ de votre roman grâce à la carte heuristique | Pyrolyse·

  2. Pingback: Zoom sur : La fin de l’Eternité – Isaac Asimov | Pyrolyse·

  3. Bonjour Jonathan, je découvre ton blog grâce à ton commentaire sur le blog de ma collègue et amie, Marjorie Moulineuf. Ca me fait plaisir de voir que le sujet de la technique narrative t’intéresse tant, ce n’est pas encore très répandu en France.
    C’est drôle, je viens de me procurer, d’occasion (quoique l’un est comme neuf), les 2 livres dont tu parles : « La dramaturgie » d’Yves Lavandier et « Anatomie du scénario » de John Truby. J’achèterai plus tard « Construire un récit » de Lavandier.
    Pour moi, c’est encore assez nouveau, de travailler et écrire avec des techniques d’écriture, mais je trouve ça tellement mieux pour savoir écrire de bonnes histoires ! Ce n’est pas dans notre culture c’est pour ça. Ça fait + d’un an que j’ai découvert ces secrets avec les Studios Godefroy, du coup je suis accro maintenant.
    J’aurai plaisir à revenir par ici, j’aime bien le ton de ton blog 🙂

    • Merci Marjorie !
      Oui, je m’y suis mis il y a quelque temps maintenant, et dans le domaine de la littérature SFFF, cela me semble constituer un incontournable ! Vu que tu as les deux principaux en main, je peux t’offrir ce conseil d’emblée : commence par Lavandier avant de lire Truby (si ce n’est pas trop tard). Lavandier offre une vision classique (peut-être plus technique), bien réhaussée par Truby qui offre une approche complémentaire et plus moderne (je retrouve les éléments de Truby dans un Inception ou Interstellar par exemple).
      Tu vas te transformer en analyseur de scénarii avec ces lectures ! Tu ne verras plus jamais le cinéma de la même manière 🙂

      • Non il n’est pas trop tard, merci du conseil.
        J’ai davantage envie de lire celui de Truby, comme ça d’emblée, mais c’est peut-être parce qu’il est neuf alors que le Lavandier est une édition de 20 ans lol. Non c’est aussi que je l’ai feuilleté et que le Truby semble en effet plus moderne. Mais ok, je vais suivre ton conseil 😉 Oui c’est bien ce que j’espère, pouvoir décortiquer facilement les scénarios ! (Bon j’en suis loin :-p)

      • Ta première impression était la bonne 🙂 Garde le meilleur pour la fin ! (Ou en tout cas, celui qui va modifier en profondeur ta manière de concevoir un scénario !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s